EHTech revient avec sa Obox mini

On vous en parlait il y a de ça 9 neuf mois, et leur nouveau bébé et déjà sur le point de voir le jour. EHTech a lancé sa campagne de crowdfunding et il vous reste 10 jours pour y participer. A la clé ? Des économies d’énergie pouvant atteindre jusqu’à plus de 250€ par an !

En effet, la start-up toulousaine a décidé de mettre sur le marché un nouveau récupérateur de chaleur, dans un format plus petit que le précédent et donc à un prix moins élevé. On résume : les mêmes économies d’énergie rapides avec un investissement de départ encore plus faible. A titre d’exemple, une famille parisienne de 4 personnes, dont les douches durent en moyenne 10 minutes, chauffée à l’électricité, économiserait en moyenne 294€ par an. L’Obox mini pouvant être obtenue au prix de 594€ pour les Early birds de la campagne de crowdfunding, son achat serait théoriquement remboursé en seulement deux ans.

EHTech affirme que son boitier est indestructible, notamment équipé d’un nouveau système d’auto-nettoyage haute puissance, ce qui en ferait un investissement sur le long terme très intéressant. Ajouté aux avantages économiques personnels que vous pourrez retirer de l’achat d’une Obox Mini, vous contribuerez à sauver la planète. Ainsi, en réduisant de 63% la consommation de votre chauffe-eau, le récupérateur de chaleur vous permet de faire un petit geste de plus pour la planète, mais un grand pas pour votre portefeuille.

On recommande donc bien sûr ce produit innovant, qui vous permettra de faire des économies d’énergie rapidement et dont l’efficacité n’est plus à prouver. Si vous avez encore des doutes, vous pouvez calculer tout ça directement sur le site d’EHTech.

In Sun We Trust, votre allié dans l’énergie Solaire

giphy11

In Sun We Trust vous accompagne dans vos projets d’énergie solaire. De l’idée à l’installation en passant par le devis, ils vous conseillent et vous accompagnent dans vos démarches pour passer au solaire.

Quel est leur business model?

Que ce soit pour un particulier, une entreprise ou une collectivité, s’équiper en panneaux solaires est souvent un parcours du combattant. Les informations fiables manquent cruellement et les arnaques sont fréquentes.

In Sun We Trust permet à ses utilisateurs d’estimer gratuitement la faisabilité de leur projet d’installation de panneaux solaire, et les met en relation avec des professionnels fiables.

Tous leurs services sont gratuits pour les utilisateurs: Ils sont rémunérés par des commissions versées par les installateurs (qui s’engagent à ne pas les répercuter sur leurs prix aux clients).

Un exemple d’utilisation?

M et Mme Dupont habitent une petite maison. Ils souhaitent passer à une énergie verte tout en réalisant des économies sur leurs factures. Ils décident donc d’investir dans l’installation de panneaux solaires sur leur toit. En passant par insunwetrust.solar ils peuvent estimer gratuitement le coût de l’installation sur leur toit et surtout évaluer la production de leurs panneaux. Ils sont accompagnés dans leur projet de A à Z et savent qu’ils peuvent compter sur les professionnels qu’ils contactent.

Qui sont les fondateurs?

David et Nicolas sont deux amis de lycée. Ils se sont lancés il y a quelques années dans un premier projet d’installation de parcs solaires au sol pour produire de l’électricité. En développant leur activité, ils se sont rendus compte que le principal gisement solaire en France n’est pas au sol mais sur toiture (le potentiel atteint 80% de la consommation en électricité de notre pays).

Mais force est de constater que des blocages subsistent sur le marché du solaire: manque d’information, multiplication des arnaques, défiance des porteurs de projets etc.

Ils ont donc monté in sun we trust en 2015 pour palier à tous ces obstacles et participer au développement de l’énergie solaire en France.

Qui sont les clients?

La majorité de leurs clients sont des particuliers. Mais ils développent également une offre adaptée aux entreprises et collectivités souhaitant réduire leur factures d’électricité.

Où est l’innovation?

L’innovation de la startup est avant tout technologique : chacun peut effectuer une simulation en deux clics pour savoir directement en ligne si l’installation de panneaux solaires sur son toit est intéressante. In Sun We Trust développe d’une part un site national sur lequel ils proposent des information sur le potentiel d’une installation grâce aux données fournies par l’Institut géographique national et météo France. Ils mettent d’autre part en place, avec des collectivités locales, des plateformes sur lesquelles ils fournissent des données 3D claires et précises pour les utilisateurs.

La startup est également pionnière dans le conseil et l’accompagnement de projet. Le marché du solaire est encore jeune et les informations fiables sont parfois difficiles à obtenir. In Sun We Trust apporte un gage de confiance et de qualité à ses utilisateurs

Comment se font-ils connaître ?

Pour se faire connaître,ils passent par les réseaux sociaux comme twitter où ils sont devenus une référence. Ils comptent également sur référencement naturel grâce à leur contenu de qualité.

Les partenariats avec les collectivités concernant les plateformes locales de simulation d’installation de panneaux solaires leurs offrent également une grande visibilité.

 

Solable, l’eau potable venue du futur

giphy (1)

Solable, mot-valise entre Solaire et Potable, est une entreprise start-up du secteur cleantech qui crée des produits innovants sur l’eau potable, l’eau chaude et le solaire.

Quel est le business model?

Depuis sa création en 2015, l’entreprise n’a pas encore commercialisé ses produits ni encaissé de recettes. Solable envisage de commercialiser sa machine « LaVie » à 250€. La mise sur le marché de Solable commence avec du financement participatif d’ici fin 2017.

Qui sont les fondateurs?

Saadi Brahmi et Pascal Nuti, serial entrepreneurs dans l’énergie, se sont rencontrés dans le cadre professionnel. Réunis par l’idée de la purification de l’eau, ils ont cofondé Solable.

Qui sont les clients?

Solable cherche à avoir un impact social. La start-up vise donc avant tout les marchés du sud.

Où est l’innovation?

Le produit initial de Solable, LaVie, innove en utilisant des UVA au lieu des UVC traditionnellement utilisés dans le traitement de l’eau. L’entreprise a été plusieurs fois couronnée de prix pour ses innovations.

Comment se font-ils connaître?

Solable est intégrée à une pépinière cleantech à Aix-en-Provence. Mais c’est surtout le gain d’un award à Las Vegas 2017 qui a fait décoller la notoriété de l’entreprise.

Welock, la consigne de recharge pour smartphone

giphy-downsized (5)

Welock, c’est une station de recharge pour téléphone portable à destination des restaurateurs.

Quel est le business model?

Welock fonctionne en B2B et vend ses consignes de recharge à des clients professionnels. L’entreprise cible les grands groupes (Système U par exemple) ainsi que les restaurateurs.

Qui sont les fondateurs?

Samia et Sébastien Cardi ont eu l’idée de Welock en 2015 en se rendant compte de la demande récurrente des clients pour le rechargement de leur portable dans les restaurants. Restaurateurs eux-mêmes, ils décident de concevoir des solutions de recharge de mobile pour les commerçants.

Qui sont les clients?

Les clients que ciblaient les fondateurs à l’origine sont les restaurateurs. La demande a toutefois rapidement évolué vers les commerces, grandes surfaces, espaces publics…

Où est l’innovation?

Ni le prix ni la taille des stations de recharge des aéroports ne répondaient aux besoins du monde de la restauration: petit format, robuste, bon marché, fabriqué en France.

Welock a fait le choix du low-tech pour proposer un positionnement prix abordable. Le produit revendique le tarif le moins cher du marché.

Comment se font-ils connaître?

Samia est une ancienne journaliste. La presse est donc un vecteur important pour la notoriété. Néanmoins, dans un business model B2B, la notoriété passe aussi par des participations aux appels d’offre de grands groupes. Le bouche-à-oreille fonctionne bien grâce à l’esthétique du produit.

Phénix, ils donnent une seconde vie aux produits

giphy-downsized (4)

Phénix est une entreprise sociale qui revalorise les produits destinés à la poubelle en leur donnant une deuxième vie. Les produits sont destinés aux associations, à l’alimentation animale ou encore à l’upcycling.

Quel est le business model?

Phénix est rémunéré par des magasins, ou une entreprise changeant de mobilier. Phénix leur offre une réduction de leurs coûts de gestion des déchets. Les entreprises pouvant obtenir un crédit d’impôt sur les sociétés grâce aux dons à des associations, trouvent leur compte à donner les produits en fin de vie.

Concrètement?

Phénix envoie des chargés de projet dans les magasins afin d’y jouer un rôle de coach: qu’est-on autorisé à faire de quel produit? A quelle association donner? Quand passent-ils?

Qui sont les fondateurs?

Les deux cofondateurs sont Jean Moreau et Baptiste Corval, l’un financier et l’autre technique.

Qui sont les clients?

Phénix travaille pour l’alimentaire, mais aussi pour des magasins de bricolage, des entreprises d’événementiel.

Où est l’innovation?

Phénix n’est pas tout à fait seul sur ce marché récent, mais se différencie par sa taille déjà importante.

Comment se font-ils connaître?

Phénix est très présent dans l’économie sociale et solidaire, qui connait un grand succès dans les médias et sur internet. Le bouche-à-oreille fonctionne également bien.

Ewattch maîtrise l’énergie du capteur à la plate-forme Saas

giphy-downsized (3)

Ewattch est expert dans l’IoT (internet of things) et le développement de capteurs pour l’optimisation de la consommation énergétique des secteurs industriel et tertiaire.

Quel est le business model ?

Ewattch conçoit des solutions connectées pour la maîtrise énergétique. L’entreprise propose notamment des capteurs sans-fil LoRa ainsi qu’une plate-forme EwattchCloud permettant l’optimisation et la réduction des dépenses énergétiques des bâtiments.

Qui sont les fondateurs ?

Forts d’un passé dans l’automatisme et l’Industrie, les deux cofondateurs Nicolas Babel, gérant, et Samuel Jeandon, directeur technique, ont créé Ewattch en 2012.

C’est en constatant l’augmentation du coût de l’énergie, de réglementations et l’absence de solutions complètes pour la maîtrise des consommations énergétiques des bâtiments qu’Ewattch a vu le jour.

Qui sont les clients ?

En 2013, l’entreprise fait le choix stratégique de se concentrer principalement sur les secteurs tertiaire et industriel. La clientèle est à la fois constituée de grands comptes auxquels Ewattch propose ses capteurs connectés ainsi que des solutions « capteurs + plate-forme » en fonction de leurs besoins et de clients type installateurs et électriciens qui sont formés par Ewattch afin de distribuer les solutions de la marque.

Où est l’innovation ?

L’approche transverse : du capteur jusqu’à la plate-forme Saas, Ewattch se distingue de ses concurrents en maîtrisant l’ensemble de la chaîne de valeur et dans sa capacité à s’adapter aux exigences et contraintes de ses clients.  

Comment se font-ils connaître ?

Dans un premier temps, Ewattch a connu une longue phase de R&D pour la création de ses produits durant laquelle l’entreprise a moins cherché à se faire connaitre. Désormais, elle développe sa notoriété principalement grâce à des salons professionnels, des magazines spécialisés, ses réseaux professionnels et de clientèle et via son site internet.

Full Home Energy, le système énergie et domotique

giphy-downsized (2)

Full Home Energy (FHE) est une solution tout-en-un qui gère l’autoconsommation, l’optimisation de la consommation d’énergie et la domotique. Le FHE Sensor Pilot se branche sur les panneaux photovoltaïques et permettent de distribuer l’énergie dans le foyer. L’application liée permet également de piloter les objets domotiques connectés.

Quel est le business model de Full Home Energy?

FHE vend des systèmes de gestion et d’optimisation de l’autoconsommation pour les logements. La distribution est, pour l’instant, uniquement largement effectuée par des distributeurs.

Qui sont les fondateurs?

Jonathan, ingénieur commercial diplômé en énergies renouvelables et son père Alain Laloum ont cofondé FHE.

Où est l’innovation?

FHE propose des systèmes domotiques sans scénario. L’observation intelligente de l’habitat se substitue à la programmation d’un scénario. Par ailleurs, le système regroupe tout en un l’autoconsommation et la domotique.

Comment se font-ils connaître?

FHE a des accords avec un réseau d’installateurs en B2B qui placent ses produits (installateurs de panneaux photovoltaïques, bureaux d’étude, programmes immobiliers neufs). L’entreprise commence également à communiquer en B2C.