Nacho Analytics, arnaque et marketing

La société américaine Spyfu, qui édite un outil d’aide à la conception de campagnes Adwords, fait un teasing énorme depuis quelques semaines autour du lancement le 22 août d’un outil révolutionnaire. C’est sorti hier, ça s’appelle Nacho Analytics, et c’est bidon!

Le concept: voir le compte analytics de n’importe quel site web

Concrètement, Nacho Analytics « branche » dans Google Analytics des données qu’ils collectent eux-mêmes sur le web. Cela permet de voir dans Google Analytics (vraiment, sur analytics.google.com) des données qui ressemblent à des vraies données de fréquentation. Néanmoins, si la présentation est réussie, les données sous-jacentes n’ont rien d’innovant. Elles sont même carrément à côté de la plaque.

nacho-analytics-vs-realite

A gauche Nacho Analytics, à droite la réalité, pour le site fournisseurs-electricite.com

 

D’où viennent les données?

Nacho Analytics n’est pas très clair à ce sujet, laissant planer l’impression qu’il s’agit d’un secret maison, qui ne serait « pas illégal ».
Il y a deux moyens d’accéder aux données de fréquentation des sites:

  • comme Ahrefs et Semrush, collecter les positions Google (1er sur mot clé 1, 8ème sur mot clé 2…) en crawlant Google, puis collecter le trafic sur chaque mot clé avec Google Adwords Keyword Planner, et enfin multiplier le trafic de chaque mot-clé par le pourcentage moyen correspondant à la position (genre, la position 1 récoltant généralement 35% du trafic, le site cuisineaz.com étant premier sur le mot clé « jus de fraise » qui reçoit chaque mois 380 recherches Google, cela représente 133 visites)
  • comme Similarweb et probablement Nacho Analytics, posséder des accords avec des extensions de navigateur qui récupèrent l’historique de navigation des sites. Extrapoler ensuite à la population totale, et hop! le tour est joué. Exemple: 1% du web utilise mon extension Adblock X, chaque fois qu’ils visitent une page, l’URL est envoyée sur mon serveur. En multipliant par 100 les données récoltées, je me retrouve avec une vision assez réaliste du trafic sur le web

La première méthode ne s’intéresse qu’au trafic « organique », et ignore donc les visites issues de sites référents et le trafic direct sur le site web. Elle a par ailleurs un à plusieurs mois de décalage compte-tenu du temps nécessaire pour crawler l’index Google et le Keyword Planner.

La seconde méthode flirte sérieusement avec la légalité et dans le cas de Nacho Analytics, se fonde sur un échantillon trop petit pour être pertinent (sans aucun doute inférieur à 0,1% du trafic sur le web).

Je recommande donc d’ignorer définitivement Nacho Analytics dont le marketing est loin de refléter la qualité du produit. Des outils gratuits comme Semrush ou Similarweb donnent une image assez fidèle du trafic comparé (= en valeur relative plus qu’absolue) de différents sites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s