Weezhome, PAP 2.0

giphy-downsized (7)

Weezhome est une plate-forme web qui permet à un particulier de vendre son bien sans agence. Weezhome se différencie en proposant bien plus d’outils d’aide au vendeur que PAP ou leboncoin.

Quel est le business model?

Weezhome propose un abonnement aux propriétaires vendeurs pour bénéficier des services de Weezhome: 2 offres avec un engagement de 3 mois minimum, Standard et Premium. Les services proposés sont l’estimation de la valeur du bien, la rédaction d’une annonce professionnelle, la mise en avant sur les réseaux sociaux, un panneau à afficher sur la façade, la collecte des documents à fournir au notaire et l’organisation de l’appel d’offres.

Par exemple?

Ronald vend son appartement à Nancy, mais il a la phobie des agents immobiliers. En surfant sur le web, il a trouvé Weezhome, s’est abonné pour 3 mois pour 129€ par mois et a publié une annonce pour son appartement. Weezhome l’a accompagné jusqu’à la signature chez le notaire. Ronald est satisfait du peu de temps qu’il a passé à faire des visites, de l’interface qui lui a permis de choisir un acheteur et de la facilité avec laquelle la vente s’est déroulée.

Qui sont les fondateurs?

L’univers de l’immobilier est en retard dans sa digitalisation. Eric Georget, partant de ce constat et de son expérience d’agent immobilier, a souhaité changer les choses en réunissant autour de lui des spécialistes du web.

Qui sont leurs clients?

Les clients sont les propriétaires qui souhaitent vendre leur bien.

Où est l’innovation?

Weezhome propose un service de dataroom, collectant tous les documents à fournir au notaire. On y trouve également une plateforme de collecte des offres d’acheteurs. Ces services sont des nouveautés par rapport au simple « multiposting » d’offres sur des sites de petites annonces.

Les Cartons, la brocante à domicile!

giphy-tumblr

LesCartons, c’est la création d’un nouveau concept: la plate-forme de vide-appart’. Vous quittez un appartement, mettez-en les photos en ligne et recevez des acheteurs pour vos meubles et objets. Vous emménagez, trouvez un vide-appart’ à votre goût et allez vous y meubler!

Quel est le business model?

Il n’y en a pas encore. La plateforme cherche essentiellement à créer une communauté la plus large possible. Des services additionnels comme la mise en ligne expresse, le transport ou le stockage sont envisagés.

Par exemple?

Nico et Madeleine emménagent à Strasbourg. Ils ont un petit budget pour se meubler et ne veulent pas passer leur week-end chez Ikea. Sur LesCartons.fr, ils trouvent l’appartement de Laurie, qui part en Erasmus et vend ses meubles. Ils vont y faire un tour et repartent avec une dizaine de meubles, à leur goût et pas chers.

Qui sont les fondateurs?

Céline et Manon se sont associées pour créer LesCartons, après avoir rencontré la problématique de meubler un appartement, ou de démeubler un appartement.

Qui sont les clients?

Ce sont des utilisateurs, pas des clients! Et aujourd’hui, ce sont surtout des femmes, relativement jeunes (étudiants, jeunes diplômés) et digitalisées.

Où est l’innovation?

Le service repense le concept de petite annonce, en la dissociant de l’objet à vendre pour l’associer à l’appartement à vider. En outre, les fonctionnalités prévues visent à supprimer toutes les frictions lors de la prise de rendez-vous et de l’accord entre un vendeur et un acheteur.

Copromatic, le meilleur ami du syndic

giphy-downsized (6)

Copromatic propose une solution de gestion de copropriété, bénévole ou à travers un syndic, en mode SAAS. Ce service simplifie considérablement la gestion d’un immeuble en copropriété.

Quel est le business model?

Le syndic paie un prix fixe par mois (39€ pour un syndic non-professionnel). En échange, elle accède à une interface qui simplifie considérablement la gestion de la copropriété. Pour les syndics professionnels, la tarification est plus complexe, mais le produit est similaire, et en évolution constante.

Par exemple?

Nicolas, jeune retraité, a choisi d’être syndic bénévole pour sa copropriété. Il s’équipe avec Copromatic: qui lui permet de créer son budget, de créer les appels de fonds, de gérer la comptabilité de la copropriété dans toute sa complexité.

Qui sont les fondateurs?

Rémi Darricau, Stanislas Limouzi, et Jean-Pierre Dabreteau se sont associés pour faire bouger les lignes sur le métier de la gestion de copropriété.

Qui sont les clients?

A l’origine, les clients de Copromatic étaient les syndics bénévoles. Mais le jour où un syndic professionnel a sollicité l’entreprise pour bénéficier de son outil, Copromatic s’est décidé à proposer une solution pour les pros, qui sont aujourd’hui les principaux clients de l’entreprise.

Où est l’innovation?

Copromatic introduit des technologies web dans le métier de syndic professionnel. Au service des syndics bénévoles, c’est une des seules options permettant de faciliter la gestion de la copropriété.

Effipilot, ils gèrent votre chauffage en SAAS

giphy-downsized (5)

Effipilot développe une solution pour gérer automatiquement le chauffage et la climatisation des grands ensembles immobiliers en fonction de la météo et du planning d’occupation.

Quel est leur business model?

Effipilot vend un logiciel en mode Saas avec un abonnement facturé par m² par an. Celui-ci, branché sur les équipements de chauffage, ventilation, climatisation, permet de suivre la consommation du bâtiment et d’agir sur les équipements.

Par exemple?

Dans une salle des fêtes d’une mairie du Nord, la consommation d’énergie était excessive. L’introduction de la solution d’Effipilot a permis d’améliorer le confort et de réduire de 47% la consommation d’énergie.

Qui sont les fondateurs?

Camille Thiriez, Clément Raffin et Cyril Dubus, rejoints ensuite par Jean-Thibaut Gay ont d’abord créé Effigénie à la fin de leurs études d’ingénieur. L’entreprise est ensuite devenue Effipilot.

Qui sont vos clients?

Les clients d’Effipilot sont des exploitants de bâtiments tertiaires et de collectivités de plus de 1000m² , comme Dalkia, mais aussi des promoteurs immobiliers comme BNP Real Estate, ou enfin des entreprises connues du grand public comme Decathlon.

Où est l’innovation?

Les algorithmes d’intelligence artificielle déployés dans le bâtiment par Effipilot vont au delà de la remontée de donnée. Ils introduisent les données de planning et de météo prévisionnelle pour renvoyer l’information aux équipements afin d’optimiser la consommation d’énergie. Les économies réalisées par les clients d’Effipilot sont de l’ordre de 30%.

Costockage: l’AirBNB du garde-meuble

giphy (1)

Costockage.fr propose une plate-forme mettant en relation les particuliers et entreprises possédant un box, une cave, ou tout autre lieu de stockage, avec les personnes recherchant ce type d’espace.

Quel est leur business model?

Costockage prend une commission sur les loyers versés par les locataires au propriétaire.

Par exemple?

Jean-Claude possède deux caves liées à son appartement parisien. Sèches et saines, elles font chacune 10m², mais il n’en a pas besoin. Sur Costockage.fr, il pourrait en obtenir près de 100€ par mois en les mettant à disposition de la famille Lemoine, qui part en voyage pour un an autour du monde.

Qui sont les fondateurs?

Mickael Nadjar et Adam Levy-Zauberman se sont rencontrés dans un groupe scout. Ils avaient régulièrement besoin d’espace pour en stocker le matériel. Titillés par l’entrepreneuriat et après des expériences en conseil et en finance, ils ont monté ensemble Costockage.

Qui sont les clients?

Ce sont les locataires qui payent le service. Aucun frais n’est facturé au propriétaire.  Du côté des propriétaires, si Costockage visait initialement les particuliers, la plate-forme accueille désormais toute la gamme d’offre du particulier à l’entreprise de garde-meuble.

Où est l’innovation?

Jusqu’ici jugé trop peu rentables pour être mis en location, les caves et box de stockage étaient généralement laissés vacants par leur propriétaire. Costockage.fr réduit considérablement l’effort pour trouver un locataire ainsi que le risque (assurance). Il y a donc désormais un marché de l’espace de stockage sur lequel offreurs et demandeurs peuvent se rencontrer!

Et puis, c’est Costockage.fr qui a inventé le mot costockage, qui désigne aujourd’hui dans le langage courant le garde-meuble entre particuliers!

Clubfunding, la plate-forme de crowdfunding des PME françaises

giphy-downsized (4)

Clubfunding est une plateforme de financement participatif en ligne, permettant à des particuliers de financer des PME françaises.

Quel est leur business model?

Plate forme de financement participatif qui prête l’argent d’investisseurs privés à des entreprises. La plate-forme prélève une commission 5% à l’emprunteur.

Clubfunding, à ce jour, n’a jamais connu de défaut de paiement sur une quarantaine d’opérations.

Par exemple?

Un promoteur immobilier breton cherche des fonds pour participer au financement d’un programme de construction d’un immeuble. Les différentes banques qu’il consulte lui soumettent des taux et des contraintes excessives depuis plus de 20 ans. Il décide donc de tester le financement participatif. En inscrivant son besoin sur Clubfunding, il est rapidement sollicité par des investisseurs privés, dont Michel, retraité du Calvados, qui lui achète pour 10000€ d’obligations à 24 mois, au taux de 10%.

Qui sont les fondateurs?

David Peronnin et David El Nouchi sont deux professionnels de la finance qui se sont associés après s’être rencontrés à Dauphine.

Qui sont les clients?

Les clients sont des entreprises qui recherchent des fonds. Il s’agit essentiellement de PME françaises.

Où est l’innovation?

Clubfunding facilite l’achat d’obligations de PME à des particuliers. Les PME emprunteuses et leurs dirigeants sont au coeur de la communication de l’entreprise.

Everycheck, la confiance en plus !

giphy-downsized (3)

Everycheck propose un service bon marché de vérification de diplômes, de fiches de paie, de références professionnelles et de dossier de location à destination des employeurs et des propriétaires.

Quel est leur business model ?

A l’origine, Everycheck fait de la vérification de CV avant embauche. Aujourd’hui, l’entreprise s’est lancée dans l’immobilier et vérifie les dossiers de locataires.

Par exemple?

Elise Lermitte, de La Rochelle, loue l’appartement de ses parents qui sont en maison de retraite. Mais depuis une mauvaise expérience avec un locataire en 2006, elle craint de tomber à nouveau sur un « mauvais » locataire. Elle confie donc à Everycheck le soin de vérifier, pour 59€, le dossier du couple qu’elle a retenu. C’est ainsi qu’elle a pu déceler un savant « photoshop » du bulletin de salaire d’un candidat qui lui avait pourtant plu. Il ne gagne pas 3200€ par mois, mais 2300€.

Qui sont les fondateurs?

Everycheck a été fondé à Paris par Yohan Zibi a rapporté d’Angleterre le concept de « reference check ». Jérôme Mourey, ingénieur informatique l’a rapidement rejoint comme associé. L’équipe compte aujourd’hui une dizaine de personnes.

Qui sont leurs clients?

Les clients cibles sont les grands groupes. Mais Everycheck conseille également des start-ups. Sur la partie « immobilier », Everycheck s’adresse avant tout aux particuliers.

Où est l’innovation?

L’introduction du concept de background check en France. Techniquement, la plate-forme permet la réalisation de toutes les opérations en ligne pour les parties prenantes.